citation

" Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux . " Marcel Proust

Traduire

dimanche 1 septembre 2013

Maillons de la vie ......







... Le Crépuscule et l'Aube ...





















Georges et Jeanne
Moi qu'un petit enfant rend tout à fait stupide, 
J'en ai deux ; George et Jeanne ; et je prends l'un pour guide
Et l'autre pour lumière, et j'accours à leur voix,
Vu que George a deux ans et que Jeanne a dix mois.
Leurs essais d'exister sont divinement gauches ;
On croit, dans leur parole où tremblent des ébauches,
Voir un reste de ciel qui se dissipe et fuit ;
Et moi qui suis le soir, et moi qui suis la nuit,
Moi dont le destin pâle et froid se décolore,
J'ai l'attendrissement de dire : Ils sont l'aurore.
Leur dialogue obscur m'ouvre des horizons ;
Ils s'entendent entr'eux, se donnent leurs raisons.
Jugez comme cela disperse mes pensées.
En moi, désirs, projets, les choses insensées,
Les choses sages, tout, à leur tendre lueur,
Tombe, et je ne suis plus qu'un bonhomme rêveur.
Je ne sens plus la trouble et secrète secousse
Du mal qui nous attire et du sort qui nous pousse.
Les enfants chancelants sont nos meilleurs appuis.
Je les regarde, et puis je les écoute, et puis
Je suis bon, et mon coeur s'apaise en leur présence ;
J'accepte les conseils sacrés de l'innocence,
Je fus toute ma vie ainsi ; je n'ai jamais
Rien connu, dans les deuils comme sur les sommets,
De plus doux que l'oubli qui nous envahit l'âme
Devant les êtres purs d'où monte une humble flamme ;
Je contemple, en nos temps souvent noirs et ternis,
Ce point du jour qui sort des berceaux et des nids.





Le soir je vais les voir dormir. Sur leurs fronts calmes,
Je distingue ébloui l'ombre que font les palmes
Et comme une clarté d'étoile à son lever,
Et je me dis : À quoi peuvent-ils donc rêver ?
Georges songe aux gâteaux, aux beaux jouets étranges,
Au chien, au coq, au chat ; et Jeanne pense aux anges.
Puis, au réveil, leurs yeux s'ouvrent, pleins de rayons.

Ils arrivent, hélas ! à l'heure où nous fuyons.
.................






                                              Victor Hugo ( L'art d'être grand-père )









Bon dimanche ................

17 commentaires :

  1. un texte de Victor Hugo que je ne connaissais pas, merci et douce journée

    RépondreSupprimer
  2. la photo me suffit elle est magique exceptionnelle ma plus belle ouverture de blog ce jour. bravo
    telos

    RépondreSupprimer
  3. Quel beau poème ! Je ne le connaissais pas ! Merci!

    RépondreSupprimer
  4. Bien trouvé ces beaux symboles...
    L'art d'être grands parents..parfois cela arrive un peu tard, et les regrets sont là
    Merci pour le texte du grand poète...
    Je t'embrasse Andrée

    RépondreSupprimer
  5. ah oui, que c'est beau, doux et juste, merci Andrée

    RépondreSupprimer
  6. les enfants sont encore tout innocents à cet âge

    RépondreSupprimer
  7. Les mystères et la dureté de la viede la vie...
    Très bonne semaine à venir.

    RépondreSupprimer
  8. Tu me ravis avec Victor Hugo !
    Je n'ai pas encore la joie d'être grand-mère comme toi, hélas
    bisous et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  9. Et oui, leurs yeux s'ouvrent alors que les nôtres vont bientôt se fermer. A quoi peuvent-ils bien rêver à ce jeune âge ? Que de joie pour toi !

    Bises du soir Andrée !

    PS: Je sens comme une grande liberté retrouvée chez toi. Est-ce que je me trompe ? Tu peux m'envoyer un mail si le coeur t'en dit.

    RépondreSupprimer
  10. Le poète seul est capable de traduire en mots l'indicible. Belle soirée Andrée.

    RépondreSupprimer
  11. Mes petites filles sont des jeunes femmes maintenant mais la complicité nouée pendant l'enfance perdure toujours.
    Belle nuit!

    RépondreSupprimer
  12. Superbe cliché et une découverte pour moi ce texte de V Hugo.
    Douce fin de soirée .
    Bizz

    RépondreSupprimer
  13. UN très beau poème... merci pour cette page, erato.

    Bisous et douce soirée.

    RépondreSupprimer
  14. superbe cliché qui à lui seul dit tout....
    mais le texte est très beau
    bisous
    patricia

    RépondreSupprimer
  15. Victor Hugo avait cet art de dire ce que nous ressentons tous, mais en plus beau. J'espère ne pas être encore au crépuscule mais c'est vrai que regarder un enfant dormir nous enlève tout ce qui pourrait nous soucier, c'est comme regarder une montagne ou la nature en grand : c'est géant.
    Bonne journée, bisous EVELYNE

    RépondreSupprimer
  16. Un petit coucou ma chère Erato, en te remerciant de tout coeur... je vais reprendre tout doux ! je t'envoie mes meilleures pensées

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.



Un grand merci pour votre visite ......

A bientôt ......