citation

" Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux . " Marcel Proust

Traduire

vendredi 4 septembre 2015

Nénuphars ....

 La zen attitude - Chien - Chat - Gifs animé Une nouvelle parution sur mon autre blog " instantané " , clic .






Pour la communauté  " ombre et lumière " , clic , créée par Hauteclaire et gérée par Nathalie .









L'Académie française a écrit « nénufar » de 1762 jusqu'en 1935  et les rectifications orthographiques du français en 1990 préconisent de revenir à cette orthographe .

En adoptant la graphie « nénuphar » dans la huitième édition de leur Dictionnaire (achevée en 1935), les Académiciens se seraient laissé aller à un rapprochement
sémantique avec les nymphes (ces dernières partageant avec les nénuphars un attrait certain pour l’eau), mais également avec le genre Nymphaea, qui est celui de certains nénuphars.

Dans son propre dictionnaire, Émile Littré a comme entrée principale « nénufar », mais cite également nénuphar « d'après l'usage des botanistes ».

Un autre genre de nénufar est
Nuphar, nommé en 1809 par le britannique James Edward Smith. L'orthographe du nom de ce genre laisse penser que la chose n'est pas simple, ainsi qu'il apparaît déjà chez Littré.

Par plaisanterie, on a appelé « guerre du nénufar » ou « guerre du nénuphar » les polémiques qui ont agité la
France au début de l'année 1991 à propos des rectifications orthographiques. En 2005, une brochure exposant l'orthographe de 1990 a été éditée sous le titre Le millepatte sur un nénufar.





Ces " Nymphes " , nous allons les découvrir au conservatoire botanique de Mascarin  ( clic ) à La Réunion .


































 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le Nymphoides peltata est une vivace aquatique, très rustique, aux feuilles ressemblant à celles des nénuphars, mais plus petites. Ses fleurs, jaune d'or, à bords frangés apparaissent à quelques centimètres au dessus de l'eau en juillet-août.

 
 
 
 
 












Objet de méditation dans le bouddhisme zen, de contemplation pour les romantiques, et de poésie un peu partout, le nénuphar est une fleur à part, comme la rose mais dans un autre registre. Mais il prend actuellement un autre sens et représente symboliquement un paradigme de l’espèce humaine.

Il illustre donc d’abord le calme de l’étang, la paix de l’eau tranquille, les jardins soignés ou les étangs sauvages entourés de prairies et d’arbres tendres. Sa fleur de couleur vive, claire ou douce tranche avec le foncé de l’eau et des feuilles.

D’une famille apparentée aux Lotus et aux Nymphéas, il est une des fleurs mythiques dont l’aura a traversé le temps chargé de cette notion de beauté, de paix, de grâce, de magnificence humble puisqu’il croît sur une eau peu claire.

Outre ce qu’il inspire aux humains, le nénuphar a une particularité: sa croissance exponentielle. Pour simplifier: il fait une feuille un jour, 2 le lendemain, 4 le surlendemain, puis 8, 16, 32, etc. Jusqu’à recouvrir tout l’étang, asphyxier l’eau et en mourir.

Appliqué aux humains, le nénuphar symbolise un paradigme, un modèle de développement, une représentation du monde. L’espèce humaine est entrée depuis moins de deux siècles en phase de croissance accélérée, presque exponentielle. Avec à terme l’épuisement de certaines ressources.

 En sera-t-il des humains comme des nénuphars: disparaître - ou au moins être drastiquement réduits - par l’étouffement et l’épuisement du milieu vital?





En attendant , asseyons-nous sur le rivage à Saint Leu et  " buvons " la sérénité de  ce ciel flamboyant .














Les nénuphars

L'étang dont le soleil chauffe la somnolence
Est fleuri, ce matin, de beaux nénuphars blancs ;
Les uns, sortis de l'eau, se dressent tout tremblants,
Et dans l'air parfumé leur tige se balance.

D'autres n'ont encor pu fièrement émerger :
Mais leur fleur vient sourire à la surface lisse.
On les voit remuer doucement et nager :
L'eau frissonnante affleure aux bords de leur calice.
 
Edmond  Rostand
 
 
 
 
 
 
 
 

24 commentaires :

  1. Des fleurs merveilleuses et des photos d'une grande beauté. J'aime beaucoup
    Merci Andrée pour tes gentils petits mots cela m'a fait très plaisir
    Passe une très bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Jaime à l'écrire avec ph comme nymphe... et nymphéa, bien sûr, , il fait penser a des créatures gracieuses et muettes, qui hantent les lieux emplis de sérénité, je trouve !
    Les tiens sont magnifiques plus rosés que les miens qui sont différents.
    Je vais me mettre en pause, je te souhaite une très belle journée Andrée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. magnifiques
    je vais mettre mon blog et mes visites en pause après avoir programmé des articles,
    a bientôt
    lyly

    RépondreSupprimer
  4. Ces plantes ont toujours été pour moi un étonnement....
    Bon week-end
    Jean

    RépondreSupprimer
  5. Superbe ! le nénuphar m'a toujours particulièrement plus, comme un envoutement :-))))

    RépondreSupprimer
  6. De très beaux nénuphars ou nénufars !
    Moi je préfère la première orthographe, par habitude ou esthétique...
    Merci et bisous

    RépondreSupprimer
  7. Le nénuphar, c'est mon écriture... une fleur mystérieuse pour moi. Merci pour toutes ces infos.

    RépondreSupprimer
  8. Ton article est vraiment très intéressant. J'ignorais qu'à l'origine on écrivait "nénufar". Je pensais que c'était comme "phantasme" qui s'était simplifié en "fantasme" mais dont le "ph" avait une origine grecque/latine. Tu m'as appris pas mal de choses. Malheureusement mes visites chez toi ont été très rares cet été , mais ce n'est pas par manque d'intérêt mais à cause de ma connexion bas débit. Aujour'hui par miracle ça a marché. Parfois j'arrivais à charger un blog, mais ensuite je ne pouvais pas laisser de commentaire. Quand je serai de retour en France, j'aurai à nouveau l'ADSL. Donc à bientôt :)

    RépondreSupprimer
  9. ces fleurs magnifique valaient effectivement bien ton article, très complet. Bisousssssssss

    RépondreSupprimer
  10. c'est vraiment superbe ! bonne soirée

    RépondreSupprimer
  11. Ta page est extrêmement intéressante, en plus de nous montrer tes photos et ce poème que je découvre grâce à toi.
    Merci, Erato.

    En terminant ma lecture, je pensais à L’Écume des jours...

    Merci pour tout.
    Bises et douce soirée.

    RépondreSupprimer
  12. J'aime beaucoup ces fleurs, même si dans ma région je n'en ai jamais vu

    RépondreSupprimer
  13. De belles fleurs !
    Les considérations orthographiques me font penser à une réflexio que me fit mon petit fils de 5 ans
    Il me parlait "des chevals" et je lui dis que l'on disait "des chevaux"
    Alors d'un ton qui se voulait rassurant, il me répondir : "tu sais mamie, des chevals et des chevaux, c'est exactement la même chose

    RépondreSupprimer
  14. merveilleuses photos
    bon week end et bises

    RépondreSupprimer
  15. J'ai appris grâce à toi comment poussent les nénuphars.
    Très bon week-end à toi ! Bisous

    RépondreSupprimer
  16. De très belles photos , et merci de tout ces renseignements sur les nénuphars !!!
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  17. quelle belle série zen et finir par un magnifique coucher de soleil sur la mer, c'est le top!
    bon wk

    RépondreSupprimer
  18. Je suis contente d'avoir appris toutes ces choses sur les nénuphars .
    Je ne peux pas voir ces fleurs magnifiques sans penser à Boris Vian et à son merveilleux roman "L'écume des jours"
    Tes photos sont superbes
    Bises Erato

    RépondreSupprimer
  19. la langue française nous donne bien souvent du fil à retordre, ce serait plus simple que l'on écrive "nénufar" avec un f qu'avec ph....mais il faudrait changer aussi bien d'autres mots...superbes photos, passe un agréable samedi

    RépondreSupprimer
  20. bel article,
    pas loin de chez moi, il y a un grand parc et j'aime bien aller m'y promener quand c'est la saison
    bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
  21. Jolie cette comparaison entre la croissance exponentielle du nénuphar et celle de l'espèce humaine et leur dénouement logique.

    RépondreSupprimer
  22. Je n'ai jamais vu le nymphoide peltata!!! très joli

    RépondreSupprimer
  23. J'ai appris beaucoup de choses dans ton documentaire. Tes photos dont certaines avec une belle luminosité sont splendides. Le nénuphar est une fleur agréable à voir et à photographier.
    Bises et bon week-end Andrée !

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.



Un grand merci pour votre visite ......

A bientôt ......