citation

" Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux . " Marcel Proust

Traduire

mercredi 27 juillet 2016

L' été = voyages ( 5 ) ....



Nous continuons notre périple en Grèce que nous avons laissé ici , clic .

Nous allons découvrir Delphes .







Delphes  est le site d'un sanctuaire panhellénique, situé au pied du mont Parnasse, en Phocide, où parlait l'oracle d'Apollon à travers sa prophétesse, la Pythie ; il abritait également l'Omphalos ou « nombril du monde ».
Investi d'une signification sacrée, Delphes fut du VIe au IVe siècle av. J.-C. le véritable centre et le symbole de l'unité du monde grec.


Le nom de Delphes  vient du mot « dauphin »  : dans la poésie homérique, Apollon aurait pris la forme de cet animal pour attirer les marins crétois chargés d'instaurer son culte sur le site.





































Comme le remarquait le géographe Strabon, le site de Delphes affecte la forme d'un théâtre. Ce cirque est creusé dans le talus de schistes instables qui sert de base aux masses calcaires du Parnasse.
Au nord, celles-ci forment un fond de falaises verticales, de 250 à 350 m de hauteur, divisées par une brèche étroite et profonde en deux pans que les Anciens appelaient les roches Phaedriades (« les Brillantes », celle de l'Ouest s'appelle aujourd'hui Rhodini (« la Rousse »), celle de l'Est, Phlemboukos (« la Flamboyante » .




La petite ville de Delphes (environ 1 000 citoyens), qui entourait largement le périmètre sacré du sanctuaire (téménos), vivait de l'exploitation de l'
oracle et des pèlerins.
Comme les autres cités grecques, elle était régie par ses lois et dirigée par son Assemblée et son Conseil.
 À sa tête était placé un archonte, élu pour une année à laquelle il donnait son nom. On possède ainsi la liste complète des archontes, le plus souvent choisis parmi les membres des mêmes familles aristocratiques, sur une période de près de dix siècles (590 avant J.-C. - 315 après J.-C.).
 
Les principales ressources économiques provenaient de la fabrication des couteaux de sacrifice, de l'hôtellerie, des métiers de sacrificateurs, de guides, de graveurs de stèles, et du commerce des objets de piété.
Cette population, parasite d'Apollon, était réputée pour sa rapacité, sa paresse, sa vanité cruelle : c'est du haut des falaises que les prêtres précipitaient les sacrilèges ; ainsi aurait péri le fabuliste Ésope que les Delphiens auraient précipité pour se venger de ses sarcasmes – il les avait comparés à des bâtons flottants. 
Enc. Larousse




































 le stade





À partir du VII° s. avant J.-C., la ville dut son importance à l'oracle d'Apollon, qui se manifestait par
l'intermédiaire de la Pythie qui, assise sur un trépied installé au-dessus d'une crevasse d'où sortaient des vapeurs, rendait des oracles en termes incohérents ; les prédictions étaient ensuite« interprétées » par des prêtres et présentées sous la forme de conseils. Les chefs d'État comme les simples particuliers consultaient l'oracle, qui joua un rôle important dans les orientations politiques des
cités grecques et de leurs colonies, dont il semble avoir favorisé l'expansion. Delphes, qui était le siège d'une importante amphictyonie (« ceux qui habitent autour », assemblée), vit son influence diminuer au ive s. à la suite des guerres sacrées.
 Enc. Larousse






 
 Trésor des Athéniens







































À partir du XV°s., les voyageurs européens signalèrent épisodiquement l'existence de ce hameau semé de vestiges antiques, que les habitants appelaient Kastro et dont ils ignoraient tout du prestigieux passé, jusqu'à son nom de Delphes.
L'exploration des ruines, commencée en 1838 par l'architecte français Laurent, reprise en 1840 par les savants allemands O. Müller et E. Curtius, poursuivie par l'École française d'Athènes (P. Foucart et Wescher, 1860-1861 ; Haussoullier, sous la direction de Théophile Homolle), fut menée de manière exhaustive par cette même École de 1892 à 1903. Les travaux reprirent après la Première Guerre mondiale, notamment à la Marmaria (sanctuaire d'Athéna Pronaia), en 1920, sous la direction de R. Demangel qui mit au jour les restes du plus ancien lieu du culte delphique.
Parallèlement à cette activité, l'exploration du sanctuaire d'Apollon se poursuivit, notamment avec la participation de P. de La Coste-Messelière. Le chantier de fouilles redevint très actif vers 1935 et L. Lerat dégagea les ruines d'un habitat mycénien au nord-est du temple d'Apollon tandis que J.Bousquet et P. Amandry continuaient leurs recherches (1937-1939) dans la région du temple.


Les ruines sont groupées en deux secteurs principaux : d'une part le sanctuaire d'Apollon proprement dit, qui comprend le temple, le théâtre et l'essentiel des constructions religieuses ; d'autre part le
petit sanctuaire d'Athéna Pronaia (« gardienne du temple »), situé sur la route de Thèbes à Delphes, 1500 m environ avant d'arriver au hiéron (sanctuaire) d'Apollon. L'enceinte du sanctuaire d'Athéna Pronaia renferme plusieurs temples et « trésors » (dépôts d'offrandes) construits entre le VI ° s. et le  IV° s. avant J.-C.

Le plus célèbre édifice de cet ensemble est la tholos (rotonde) de marbre, dont la fonction n'a pu être élucidée jusqu'ici. Delphes possédait en outre un gymnase et un stade.
Enc. Larousse




 
le temple d'Apollon 
 
 











 le théâtre de Delphes










 la Tholos































Le musée qui contient l'essentiel des trouvailles est l'un des plus riches de Grèce. Il offre un ensemble unique pour la sculpture des  VI° s. avant J.-C.,  V° s. et  IV° s. avant J.-C. : sphinx des Naxiens, caryatides, Jumeaux d'Argos (longtemps identifiés à Cléobis et Biton) ; décoration sculptée du monoptère de Sicyone, du trésor de Siphnos, du trésor des Athéniens, du temple, de la tholos de Marmaria ; la colonne aux Danseuses, le groupe des Thessaliens de Pharsale.


Y sont exposés, outre des bronzes archaïques et classiques et un bel Antinoüs, les ivoires, le taureau d'argent grandeur nature et les fragments de statues chryséléphantines trouvés sous la Voie sacrée, vestiges d'innombrables offrandes précieuses.

Mais la plus belle des trouvailles est sans conteste celle de l'Aurige, statue de bronze de grandeur humaine représentant un jeune homme debout, d'allure majestueuse. La statue, qui est parfaitement conservée, faisait primitivement partie d'un groupe comprenant un quadrige, un palefrenier, un char et le conducteur lui-même, vainqueur de la course. L'œuvre remonte au début du V° s. avant J.-C. Les réserves renferment des éléments architecturaux et une collection importante d'inscriptions.




 

sphinx des Naxiens




Trésor de Siphnos : combat des dieux et des Géants. Le char de Cybèle est tiré par des lions qui dévorent les Géants équipés en hoplites.









 
 
Détail de l'assemblée des Dieux représentée sur la frise du trésor de Siphnos







Tête de statue chryséléphantine masculine trouvée dans les fosses de l'Aire






taureau d'argent














 
l ' Aurige de Delphes














A bientôt pour une autre découverte .
 
 
 
 







20 commentaires :

  1. Bonjour, chère andrée
    Je suis "déjà" de retour ...
    Beaucoup de travail en arrivant :
    - Courrier papier et virtuel,
    - Le potager qui s'en est donné à coeur joie,
    - Ménage, ... mais pas trop de lessive !
    Je te souhaite une bonne semaine et reprendrais le rythme de mes visites lorsque tout sera à jour.
    Désolée pour le copier/coller.
    Gros bisoux et merci de ta fidélité.

    thidom

    RépondreSupprimer
  2. c'est magnifique ! merci du partage

    RépondreSupprimer
  3. heureuse que mes aquarelles te plaisent, cela me touche beaucoup. c'est magnifique, mais cela semble bien sec et aride. en tout cas un bien joli voyage dans le passé. bises. celine

    RépondreSupprimer
  4. Cette merveilleuse Grèce qui regorge de trésors tant artistiques que naturels, a toujours été une destination de rêve. Hélas, elle commence à être boudée par la cause de la bêtise des hommes...
    Merci pour tes images et pour la façon dont tu nous les fait découvrir, nous qui sommes derrière nos écrans.
    Bonne journée Andrée,
    eMmA

    RépondreSupprimer
  5. Un article très intéressant avec de superbes photos
    bises et à bientôt
    lyly

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce bel article
    Mon rêve visiter ce pays !!
    Maintenant on pourrait hésiter à y aller !
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Ton bel article me rappelle un beau séjour en Grèce, il y a quelques années . Les sites sont vraiment superbes et tout particulièrement celui de Delphes .
    Belle journée Erato . Bises

    RépondreSupprimer
  8. on se sent tout petit devant le poids de l'histoire et je frémis en lisant ton évocation des couteaux de sacrifice, finalement les hommes sont toujours aussi barbares

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour cette belle balade découverte, je ne connais pas la Grèce, je me suis plus penchée sur Rome, ma passion...
    Bises et belle journée à toi

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour la suite de ce voyage grec. Comme je l'ai dit pour les météores, ça me rappelle bien des souvenirs et Delphes faisait aussi partie de notre périple. Bisous EVELYNE

    RépondreSupprimer
  11. Je ne connais pas Delphes, mais j'ai visité le Peloponese. Quelle beau pays

    RépondreSupprimer
  12. tu ravives de merveilleux souvenirs.....de 2000. Bisoussssss

    RépondreSupprimer
  13. Bon mardi, avec un temps agréable.
    Prête à reprendre des vacances, la dom ...
    Bisoux, chère andrée
    thidom

    RépondreSupprimer
  14. beau reportage écrasé de soleil... photodilettante

    RépondreSupprimer
  15. Une plongée dans un autre monde, un autre temps. Je reste toujours sidéré par la disproportion entre l'outillage de cette époque et les réalisations effectuées.

    RépondreSupprimer
  16. Merci pour cette magnifique visite tellement bien expliquée que nous avons l'impression d'y être.
    Bonne fin de semaine estivale à toi. Bisous

    RépondreSupprimer
  17. Une visite fouillée avec une véritable leçon d'histoire Andrée. Tout n'était pas que sagesse en ces lieux ! Bonne journée à toi. Bises amicales. Joëlle

    RépondreSupprimer
  18. Tous ces vestiges, ces sculptures, ces statues, sont vraiment le reflet de cette grande civilisation. Toutefois, quelques pratiques ne montrent pas toujours la sagesse. Jolies photos !
    Bisous du jour Andrée

    RépondreSupprimer
  19. Merci erato pour cette merveilleuse visite ! J'y suis allée en 1982, et fan de mythologie, j'avais adoré
    bises et bonne semaine

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.



Un grand merci pour votre visite ......

A bientôt ......