citation

" Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux . " Marcel Proust

Traduire

samedi 9 juin 2018

24 heures photo ....

                                                    Communauté gérée par Patricia , clic.











                                                                           Rébellion ?

                                                                          Illettrisme ?

                                                                         Mode de vie ?














mardi 5 juin 2018

Les cabanes du Breuil ....

canard de Pâques-gif canard animé-Pâques-printempsUne nouvelle parution sur mon autre blog " instantané " , clic .










Situées à mi-chemin entre Sarlat et les Eyzies , les cabanes du Breuil , dont l'origine reste un mystère furent une propriété rurale des Bénédictins de Sarlat jusqu'au milieu du XV° siècle. Elles devinrent ensuite au XVIII° et XIX° siècles des ateliers artisanaux. 

On les appelle aussi Bories, Gariottes, Cazelles, Capitelles ....














Elles ont pour particularités d'être couvertes d'une voûte encorbellée en pierre sèche revêtue d'une couverture de lauses et d'être agglutinées les unes aux autres. Elles dépendent de la ferme voisine (maison à étage couverte d'une bâtière de lauses sur charpente, et cour dont le porche d'entrée porte la date de 1841).

Le 10 mai 1995, elles sont classées monuments historiques ainsi que les façades et toitures en lauses de la maison d'habitation et de son fournil, la grange étant pour sa part déjà inscrite depuis 1991 .



Les entrées, disposées en aval, font toute la hauteur du corps de base. Elles ont pour piédroits des pierres taillées en parement et disposées plus ou moins en alternance de boutisses et de panneresses. Elles sont couvertes d'un linteau et d'arrière-linteaux en bois, juste sous la rive de la toiture. Une porte en bois les ferme.

Dans chaque toiture, s'ouvre, généralement à l’opposé de l’entrée, une large lucarne gerbière, dont les montants sont maçonnés et couverts d'une avancée de lauses reposant sur un linteau et des arrière-linteaux en bois. La rive de la toiture s'interrompt à leur niveau. Certaines lucarnes sont accessibles (pour la volaille ?) par une volée de trois ou quatre dalles laissées en saillie sur le nu du mur inférieur .
Chaque toiture est coiffée d'une grande dalle circulaire, taillée à la courbe.

À l'intérieur, à l'amorce de l'encorbellement, des poutrelles en bois forment le rudiment d'un plancher.