citation

" Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux . " Marcel Proust

Traduire

jeudi 20 août 2015

Moisson ....


Le mot moisson s’attachait autrefois à désigner principalement la récolte des céréales d’hiver ou de printemps (blé, orge, avoine, seigle…) Il s’est par la suite étendu aux autres cultures.
Pour nos sociétés Européennes, le moment des moissons au début de l’été relevait d’une des périodes les plus importantes de l’année (qui dit moisson, dit blé ; qui dit blé dit pain, cet aliment occupant une place importante dans la diète alimentaire, sans compter sa valeur symbolique) et mobilisait une grande partie de la population rurale d’avant guerre.







Avec l’industrialisation, l’agriculture s’est intensifiée et mécanisée.
Désormais un seul homme aux commandes d’une moissonneuse-batteuse suffit à la récolte de nombreux hectares. Le blé n’est plus érigé en meules, ne passe plus par les aires de battages…
Au fur et à mesure de sa progression la machine vomit le grain dans une remorque qu’un tracteur acheminera directement jusqu’aux silos de la coopérative voisine.



























José-Maria de Heredia (1842-1905)  rappelle dans ce poème cette sensation d’océan végétal ondulant au vent que nous éprouvons tandis que nous parcourons ces vastes étendues de blé sur le point d’être moissonnées.



La moisson débordant le plateau diapré
Roule, ondule et déferle au vent frais qui la berce ;
Et le profil, au ciel lointain, de quelque herse
Semble un bateau qui tangue et lève un noir beaupré.

Et sous mes pieds, la mer, jusqu'au couchant pourpré,
Céruléenne ou rose ou violette ou perse
Ou blanche de moutons que le reflux disperse,
Verdoie à l'infini comme un immense pré.

Aussi les goélands qui suivent la marée,
Vers les blés mûrs que gonfle une houle dorée,
Avec des cris joyeux, volaient en tourbillons ;

Tandis que, de la terre, une brise emmiellée
Éparpillait au gré de leur ivresse ailée
Sur l'Océan fleuri des vols de papillons.






Moisson de Bruegel








Les glaneuses de Millet






 




La part des pauvres ou le glanage




Bien que ceci paraisse injuste : on n'a pas le droit de mener paître ses bestiaux dans son champ aussitôt la moisson faite. Il faut laisser écouler deux jours pleins, non compris celui de la récolte.
Cette loi est très ancienne et fait la part des malheureux. On lit dans la Bible : « Vous ne ramasserez pas les épis tombés, mais vous les laisserez prendre  à l'orphelin et à la veuve ».


D'après cette loi, établie chez nous par Henri II, lorsque la moisson est finie « les gens vieux et débilités, de même que les petits enfants ou autres personnes qui n'ont ni pouvoir ni force de scier les blés » peuvent, seuls venir glaner.

Ce droit de glanage s'applique aussi au râtelage, au grappillage ; c'est-à-dire que les pauvres d'une commune, de même qu'ils ont la permission de ramasser les épis oubliés, peuvent aussi enlever dans les prés le reste de foin et cueillir les grappillons de raisins et les fruits (noix, pommes, châtaignes) qui ont été laissés sur les herbes, la récolte terminée.

Le glanage, le râtelage et le grappillage ne peuvent s'exercer qu'entre le lever et le coucher du soleil, et le propriétaire du champ lui-même ne peut permettre à certaines personnes de glaner sur sa propriété avant les autres et avant enlèvement des récoltes.

Le glanage avec des râteaux est absolument prohibé.

Aussitôt que les gerbes ne sont plus sur le sol, le char qui doit les emporter fut-il encore dans le champ, la moisson est considérée comme terminée et le glanage peut commencer sans que personne, pas même le propriétaire du champ, puisse€e s'y opposer.

Si le propriétaire envoie paître ses bestiaux avant le délai expiré, il est passible d'une amende égale à trois journées de travail. Les champs clos ne sont pas soumis au glanage.










 





26 commentaires :

  1. Magnifiques photos pour ce bel hommage !
    J'adorais la période des moissons : c'était la fête tous les jours, dans le village ...
    Bon jeudi, Andrée
    ♥ Bisoux ♥

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ thidom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

    RépondreSupprimer
  2. Je me souviens bien de ces grandes fêtes autrefois au moment des moissons, il y avait de l'entraide entre les voisins pour moissonner, et puis pour dépiquer. Les femmes avaient double travail puisqu'elles devaient aider aux champs mais aussi préparer le repas des travailleurs. Je me souviens qu'elles ne s'asseyaient jamais à la table des hommes , se contentaient de servir et mangeaient debout dans un coin.
    Je suis toujours émue quand je vois cette houle sur les blés

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup les champs de blé et tes belles photos me comblent
    Merci
    passe une douce journée

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cette très intéressante page très esthétique. J'aime la beauté à la fois complexe et simple d'un épi de blé.
    Partout où je suis passée dans le monde, j'ai toujours trouvé que rien n'égale le pain français.
    A bientôt Erato,
    eMmA

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour andrée
    J'aime beaucoup ce moment qu'est la moisson , je l'ai vecu enfant avec mes grands parents et j'ai pu cette année en profiter en étant chez mes enfants
    La famille de mon gendre fait les moissons chaque année ..les enfants ont pu monter dans la grosse moissonneuse et les tracteurs , toute cette mécanique beaucoup impressionnante que celle dans laquelle moi je pouvais monter au même âge
    Merci pour cet article très complet
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Du champ au pain
    en murissant
    la vie se croque

    RépondreSupprimer
  7. Un retour en arrière nostalgique car j'aimais beaucoup la période des moissons , tous rassemblés après les travaux autour de la grande table !
    Belle article Andrée
    Belle journée à toi, bizz

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bien, dans tes 4 premières photos, le rapprochement progressif des épis !
    Merci pour cette belle série
    Bisous Andrée

    RépondreSupprimer
  9. et ls agriculteurs travaillent dur durant ces jours, même la nuit, ils veulent profiter du beau tps

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour toutes les infos... je ne savais pas pour le glanage et les sanctions.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  11. Belles photos qui me ramènent bien sûr aussi au temps de l'enfance dans le village où nous vivions.
    Bonne journée Erato et bises

    RépondreSupprimer
  12. superbe article, (comme toujours )... quelle belle tradition que celle du glanage, et quel dommage que le s meules aient disparu de nos paysages
    "Midi, Roi des étés, épandu sur la plaine,
    Tombe en nappes d'argent des hauteurs du ciel bleu.
    Tout se tait. L'air flamboie et brûle sans haleine ;
    La Terre est assoupie en sa robe de feu.
    .....///
    Seuls, les grands blés mûris, tels qu'une mer dorée,
    Se déroulent au loin, dédaigneux du sommeil..é.
    Leconte de Lisle

    RépondreSupprimer
  13. De belles images qui parlent à tous...

    RépondreSupprimer
  14. Super le tracteur.
    Quand je vois les pains, cela me donne envie d'en prendre un, d'y couper une belle tranche, d'y étaler de la mayo puis des rondelles de tomates. Un régal de simplicité.

    RépondreSupprimer
  15. Le glanage était une sage coutume bien réglementée.

    RépondreSupprimer
  16. c'est pour cette raison (la rentabilité) qu'ils ont essayé de détruire les oliviers et mettre du tournesol ou autre....
    un jour ils comprendrons peut être que c'est l'humain qui compte...
    besos
    tyilk

    RépondreSupprimer
  17. une page bien intéressante, bravo, beau résultat quand on voit le pain...... le tracteur superbe, je n'y connait pas grand chose en agriculture, mais j'ai bien aimé ton commentaire et tes photos....passe un bien agréable vendredi

    RépondreSupprimer
  18. Bonne fin de semaine
    ♥ Bisoux ♥

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ thidom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

    RépondreSupprimer
  19. formidable ton billet
    déjà des photos magnifiques et j'ai appris les détails de cette loi du glanage
    par contre c'est sur on aime avoir la nostalgie des moissons d’antan, de voire ça dans des fêtes à l'ancienne, la vieille moissonneuse remise en fonction pour l'occasion etc
    mais c'était quand même harassant comme travail
    et il y avait beaucoup de monde dans les fermes avant
    vu ce qu'il reste comme personnes heureusement qu'on a mécanisé tout ça......
    bonne journée
    bisous
    patricia

    RépondreSupprimer
  20. superbe article, de belles photos, Millet Jean-François originaire du Cotentin Gréville Hague exactement pour dire a côté de chez moi
    a bientôt
    lyly

    RépondreSupprimer
  21. magnifiques ces vues sur les blés! Très beau billet intéressant. Bon vendredi

    RépondreSupprimer
  22. Oui, la moisson est devenu moins pénible.... néanmoins nous aimions cette saison...
    Sincèrement
    Jean

    RépondreSupprimer
  23. Un bien pour les paysans mais c'étais tellement super d'aller faire les blés, tout comme les foins d'ailleurs belles parties de rigolade en étant gosses.
    J'aime beaucoup cette coutume c'est encore d'actu????????? tes image sont magnifique tout comme cette période et tu en parle très bien. Bisousssss

    RépondreSupprimer
  24. Un bel article où les grands peintres côtoient la belle nature en été ! Ici le blé et l'avoirne sont coupés, le maïs cela sera bien plus tard et on y verra mieux une fois ces grandes hampes coupées ! Je renifle le pain qui chante avec sa croûte bien dorée .
    Bisous Andrée

    RépondreSupprimer
  25. Une période importante dans la vie des hommes depuis le nuit des temps.

    Bise.

    Philippe.

    RépondreSupprimer
  26. Je suis pourtant d'une famille de cultivateurs et ne savais pas les principes du glanage. J'ai un peu connu cette époque où on avait besoin de beaucoup de main d'oeuvre pour mettre en tas les gerbes de blé, les ramasser à la fourche pour les mettre dans les remorques. Le tassage dans les hangars, ... Beaucoup d'animation avec de la joie de vivre alors que maintenant, en 15 jours de temps, tout est coupé, puis vider dans les remorques qui partent aussitôt dans les silos. Accompagnée de ma grand-mère,j'aimais aller porter le repas aux moissonneurs dans les champs. C'est même ainsi dans les chemins allant aux champs que j'ai appris à conduire. Alors que maintenant, je ne vais même plus voir la moisson se faire. La technologie a pris le dessus et on n'entend plus que le bruit des moteurs.
    Par contre, la vue des champs de blé qui ondulent est toujours un vrai plaisir.
    Merci pour ce partage Andrée ! Que de souvenirs !
    Bises du soir.

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.



Un grand merci pour votre visite ......

A bientôt ......