citation

" Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux . " Marcel Proust

Traduire

jeudi 24 octobre 2013

Brouillard ...

Il faut franchir le col

La peur est là, sourde, glaciale

Le précipice invisible au regard

Se devine de chaque côté de la route

La bande blanche, dernier rempart de sécurité

Devient l'ultime bouée de sauvetage ...


... Le soleil essaie d'envoyer ses rayons

D'apaiser cette angoisse lancinante

A chaque tour de roue ...


... Comme des petits sémaphores,

Elles brillent dans ce silence ouaté

Apportent l'espoir de la fin de la route ...
























Un récit réaliste comme toujours de Latil  que je remercie de sa gentillesse


Il faisait nuit, et le brouillard s était levé au début du col. La Chenard & Walker gravissait lentement le flanc de la montagne. A chaque virage il repassait la première et ralentissait car sur cette route blanche des cailloux avaient raviné lors de la dernière pluie d orage. Les phares clignotaient quand le moteur peinait et la dynamo ne produisait pas beaucoup de courant. Ils se regardaient parfois dans les yeux, allaient ils arriver en haut? Le cadran de la température d eau était dans le rouge, et quelques fumerolles de vapeur s échappaient par le bouchon du radiateur. Il roulait bien contre le flanc de la montagne, car à droite c était le vide. Elle, les yeux fixés sur le bord de la route observait attentivement, il y allait de leur vie. De temps à autre, la route un peu élargie permettait de se croiser. Il se serait bien arrêté, mais à chaud, le moteur redémarrait mal et ils avaient tellement peu de courant dans la batterie, cela n aurait pas suffit pour entraîner le démarreur. On ne comptait plus les années de service de cette voiture qui avait connu la guerre.. Les sapins avaient disparu pour laisser place à un paysage lunaire, parfois au dernier moment, il donnait un grand coup de volant pour éviter les pierres qui parsemaient la route.
-"Mais tu vas faire un accident, fais attention ." disait elle avec angoisse. Puis soudain, une plus grosse pierre barrait la route. Il s arrêta juste devant, elle se mit à pleurer. Il cala la roue et fit le tour du rocher. Rien à faire. Il enclencha la marche arrière et descendit tout doucement jusqu 'au premier passage élargit, et se serra contre la montagne en espérant des temps meilleurs. Forcément une autre voiture viendrait à passer, cette nuit encore, ou peut être demain. Ils s emballèrent dans la couverture du cheval qu ' il avait oubliée dans le coffre.

Latil



28 commentaires :

  1. Très sympa ta suite , en plus ce n'est pas facile à prendre
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  2. En te lisant on aurait presque peur ...sourires !!
    Jolie toile perlée ..
    Bises

    RépondreSupprimer
  3. Il permet de belles images, et ces toiles-cordes à danser sont si merveilleuses!
    Prudence quand même!

    Hélène*
    douce fin de semaine

    RépondreSupprimer
  4. par tps de brouillard les routes ne sont pas évidentes

    RépondreSupprimer
  5. Les brouillards denses comme ça m'oppressent affreusement, à la limite de l'angoisse .
    Belles cordes tissées par les épeires . c'est l'époque de leurs jolies dentelles .
    Belle soirée.

    RépondreSupprimer
  6. C'est vraiment du brouillard !!!
    J'aime bien l'avant dernière...
    J'espère que le soleil va revenir...

    RépondreSupprimer
  7. beau texte
    belles photos ,
    merci Erato
    agathe

    RépondreSupprimer
  8. pas facile pour circuler. Un sacré brouillard ! mais ça fait de belles photos !
    bises et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  9. tes photos sont très belles mais je n'aime vraiment pas le brouillard
    habitant en moyenne montagne je sais ce que c'est
    bisous
    patricia

    RépondreSupprimer
  10. J'aime beaucoup ces paysages de brouillard, mais je préfère quand il se lève...
    Passe une douce soirée, je t'embrasse.

    Navrée pour mon silence... Je cours un peu ces jours-ci. Mais ça va s'arranger. :)

    RépondreSupprimer
  11. Très difficile de faire des photos par temps de brouillard; tu as parfaitement réussi.

    Bises et bonne soirée Andrée !

    RépondreSupprimer
  12. Ou la la ... après le déluge de pluies d'hier, les routes enveloppées dans le coton.
    Tu as pu prendre de belles photos, mais dans tes mots, l'angoisse de la sortie de route est palpable et communicative.
    J'espère que le soleil et le vent l' auront balayé rapidement sans toutefois toucher à la jolie dentelle.
    Belle soirée Erato, bisous!

    RépondreSupprimer
  13. Pointillés, traits de suspension entre des vides pour éviter le vide caché du brouillard. Belle soirée André.

    RépondreSupprimer
  14. De très belles photos,accompagnées d'une jolie poesie.
    Que de réalité dans cette poesie.
    Curieuse,j'avais envie de venir...
    Bonne et douce soirée.Aimée

    RépondreSupprimer
  15. c'est tout à fait le temps que nous avons tous les matins.....grrrr.....passe une superbe journée

    RépondreSupprimer
  16. Je n'aime pas le brouillard mais tes photos me réconcilient avec lui, ainsi que le poème.
    Bonne fin de semaine.
    Bisoux


    RépondreSupprimer
  17. Il estompe tout et nous mène vers un inconnu issu de notre quotidien. C'est si beau mais aussi tellement angoissant quand il faut impérativement prendre la route. Est-ce pour nous apprendre la confiance vigilante ? Très belles photos Andrée. Bises. Joëlle

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour
    C'est vrai que ces bandes blanches sont vraiment utiles en période de brouillard...
    Bonne fin de journée
    Jean

    RépondreSupprimer
  19. Ah le brouillard, tu en parles bien. La première photo me plaît particulièrement. Les plus beaux paysages de brouillard je les ai vus en Chine. Belle journée à toi bisous!

    RépondreSupprimer
  20. Magnifiques et féeriques photos de cette ambiance matinales à l'automne, j'aime cette lumière
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour Andrée
    On dirait mon village au réveil
    Un temps bien rendu sur tes images
    Bisous et douce journée
    Frieda

    RépondreSupprimer
  22. brrrr
    c'est pas un temps à mettre un pinson dehors

    RépondreSupprimer
  23. Photos superbes, texte si réaliste !
    Moi aussi, j'angoisse lorsque je dois rouler dans le brouillard. Je crois que c'est le cas de tout le monde ....
    Merci Andrée !
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  24. Magiques les petites lumières de la fin

    RépondreSupprimer
  25. J'ai connu cette angoisse, une nuit dans un camion avec une jument et ma fille, on ne voyait plus rien la route tournait et grimpait beaucoup il n'y avait pas la ligne blanche, il a fallu ouvrir la portière pour voir le bas-côté, un moment cauchemardesque !

    RépondreSupprimer
  26. chez nous il est arrivé comme ça d'un coup puis 30 minutes après il est parti
    bisous

    RépondreSupprimer
  27. Il faisait nuit, et le brouillard s était levé au début du col. La Chenard & Walker gravissait lentement le flanc de la montagne.A chaque virage il repassait la première et ralentissait car sur cette route blanche des cailloux avaient raviné lors de la dernière pluie d orage. Les phares clignotaient quand le moteur peinait et la dynamo ne produisait pas beaucoup de courant. Ils se regardaient parfois dans les yeux, allaient ils arriver en haut? Le cadran de la température d eau était dans le rouge, et quelques fumerolles de vapeur s échappaient par le bouchon du radiateur.Il roulait bien contre le flanc de la montagne, car à droite c était le vide. Elle, les yeux fixés sur le bord de la route observait attentivement, il y allait de leur vie. De temps à autre, la route un peu élargie permettait de se croiser. Il se serait bien arrêté, mais à chaud, le moteur redémarrait mal et ils avaient tellement peu de courant dans la batterie, cela n aurait pas suffit pour entraîner le démarreur. On ne comptait plus les années de service de cette voiture qui avait connu la guerre.. Les sapins avaient disparu pour laisser place à un paysage lunaire, parfois au dernier moment, il donnait un grand coup de volant pour éviter les pierres qui parsemaient la route.
    -"Mais tu vas faire un accident, fais attention ." disait elle avec angoisse. Puis soudain, une plus grosse pierre barrait la route. Il s arrêta juste devant, elle se mit à pleurer. Il cala la roue et fit le tour du rocher. Rien à faire. Il enclencha la marche arrière et descendit tout doucement jusqu au premier passage élargit, et se serra contre la montagne en espérant des temps meilleurs. Forcément une autre voiture viendrait à passer, cette nuit encore, ou peut être demain. Ils s emballèrent dans la couverture du cheval qu il avait oublié dans le coffre.
    Bonne soirée Andrée
    Latil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Andrée d avoir emprunté mon commentaire pour illustrer les photos de ton blog.
      Amicalement
      Latil

      Supprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.



Un grand merci pour votre visite ......

A bientôt ......